jeudi 29 décembre 2016

La rédac a testé pour vous... GoGo Penguin


Pour le retour de la rédac’ a testé pour vous, nous vous proposons de découvrir ou de redécouvrir le groupe GoGo Penguin qui fut en concert au théâtre Le Quai à Angers mercredi 14 décembre. Le trio de Manchester GoGo Penguin ne paye pas de mine quand il entre sur la scène du T400. L’allure dégingandée de Rob Turner à la batterie, Nick Blacka à la contrebasse et Chris Illingworth au piano, intrigue avant même que la première note ne se fasse entendre…

Murmuration ouvre leur set et nous propulse vers une ambiance froide, précise, et envoutante. Esbjörn Svensson Trio n’est pas loin, les parties minimalistes du pianiste d’Avishaï Cohen (contrebassiste) non plus ! Ils continuent avec le morceau Break qui contraste entre la simplicité de la mélodie débutant le morceau et le grand crescendo le concluant. D’ailleurs, ils excellent pour terminer leurs morceaux en plein climax, ce qui nous laisse encore plus avides d’en découvrir d’autres ! Le planant In Amber, puis The Letter, qui est une prouesse d’harmonies riches de résonances, suivront.

La rondeur de la contrebasse porte le groupe, la rythmique de la batterie est si riche qu’il en devient même compliqué de taper du pied en rythme, quant au piano, il relie tout cela en apportant cette touche de simplicité parfois (souvent) arythmique.
Tels des OVNI musicaux, ces pingouins anglais sont époustouflants. On ne cherche même pas à savoir si on écoute du jazz, de la world music, de la musique électronique. Parfois, quand on ferme les yeux, on croirait entendre une contrebasse transformée en guitare électrique, d’autres fois, on aurait envie de se lever et de danser dans une salle obscure, aux lumières tamisées mais avec des stroboscopes affutés.

Pour illustrer cela, Rob Turner, le Gogo batteur pingouin, a sa propre conception du jazz, lisez plutôt : « Le jazz est une catégorie dans laquelle on place tout autant Ornette Coleman que Robbie Williams lorsqu’il est accompagné par un Big Band. […] Ce terme manque de précision et ne sert donc pas à grand-chose : un peu comme le mot « mammifère » qui désigne tout autant la baleine que le hamster. Les gens dépensent tellement d’énergie dans des discussions qui n’en finissent pas au sujet de ce qui est jazz ou non… Vous avez forcément tort, à partir du moment où vous acceptez de rentrer là-dedans. L’important pour nous est d’écrire de la bonne musique, c’est là-dessus que nous préférons nous concentrer. »

Bien dit Monsieur le pingouin, et c’est là la force de ce groupe, de mêler plusieurs styles tout en restant tout à fait nouveau ! Une valeur ajoutée au jazz d’aujourd’hui. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont été signés chez le si célèbre label Blue Note. Certains disent que le jazz est mort ? Aujourd’hui, il est on ne peut plus vivant ! Long live jazz music !

Allez, on se laisse porter et on apprécie, voici le morceau Hopopono qui conclut leur prestation électrisante.




Orianne B.
Photos : D.R.
EnregistrerEnregistrer

lundi 19 décembre 2016

Herbie Hancock au Saveurs Jazz !

Le Saveurs Jazz vient d'annoncer son premier artiste pour l'édition 2017 : le mythique Herbie Hancock sera à Segré en Anjou bleu le 9 juillet ! En attendant cet événement, redécouvrez deux chroniques écrites par des lycéens de Bourg Chevreau pendant le projet d'action culturelle porté par le Saveurs Jazz l'an passé.





Vous n’aimez pas le jazz mais vous adorez le funk, alors vous
devriez prendre plaisir à écouter « Chameleon ». Herbie Hancock,
qui avait été le pianiste du quintet de Miles Davis dans les
années 60, a en effet souhaité revenir à une musique plus
accessible et plus funky avec cet album sorti en 1973.
Effectivement, son synthétiseur émet un son groovy qui va
séduire un public jeune. Cet instrument était révolutionnaire
pour l’époque. L’Histoire lui a donné raison car le disque
rencontre depuis sa sortie un succès commercial phénoménal
avec des morceaux comme « Watermelon Man » ou « Chameleon »
qui inspirent toujours des artistes aujourd’hui, issus aussi
bien du jazz que du funk, en passant par la soul, le hip-hop
et le rock (Jaco Pastorius, Michael Jackson, Stevie Wonder,
Sinclair, Ben l’Oncle Soul…). A titre personnel, j’aime également
beaucoup cette chanson car elle me rappelle mon père qui
écoute passionnément du funk : un disque pour toutes les
générations.

Eugénie Gallot

Herbie Hancock (credit Abu Dhabi Jazz Festival)

Herbie Hancock est une véritable icône de la musique moderne.
Il est connu comme étant un brillant compositeur, interprète
et multi-instrumentiste. En 1973, il enregistre l’album « Head
Hunters » qui va diviser son public : les plus anciens vont être
perturbés par tant de nouveauté, les plus jeunes vont être séduits
par cette musique festive. On peut y trouver quatre morceaux
très différents les uns des autres. Le premier titre est particulièrement
entraînant grâce aux trompettes. A chacune de
ces écoutes on ressent comme un sentiment d’évasion car
on est littéralement transporté. Le côté dansant de cette
musique reflète le dynamisme qu’évoque la pochette. Ses
couleurs flashy donnent une idée de l’énergie dégagée par
ce disque. Pour les fans de musique jazz, il se produit encore
sur scène régulièrement. Alors dépêchez-vous d’aller vérifier
par vous-même en concert le talent de ce grand monsieur du
jazz.

Léa Foin, Laurine Delestre

vendredi 9 décembre 2016

Dans la hotte de Toque & Notes...

En manque d'inspiration pour noël ? 
Voici des idées en veux tu en voilà, fournies par la rédac' de Toque & Notes et quelques invités...

D'abord, place à M'Lire, LA librairie de Château-Gontier, présente au village du Saveurs Jazz depuis l'édition 2015. Voici leur sélection :

 

 jeunesse:
Les Chaussettes de Matthieu Maudet (Ecole des Loisirs) (2 ans)
- Fritzi et la chaussure enragée de Catharina Valckx (Ecole des Loisirs) (A partir de 3 ans)
Alerte au musée de James Ponti (Hélium) (9 ans)
Esther de SharonE.MacKay (Ecole des Loisirs) (13 ans)

adultes:
En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut (Finitude)
Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson (Gallimard)
Un travail comme un autre de Virginia Reeves (Stock)

BD:
Un bruit étrange et beau de Zep (Rue de Sèvres)
Monsieur désire? de Hubert et Virginie Augustin (Glénat)
La déconfiture de Pascal Rabaté (Futuropolis)

Direction Centrale 7 et Les Boissons Rouges ensuite !


Offrez donc un coupon cadeau pour la boutique de Centrale 7, collectif d'artistes plasticiens basé à Nyoiseau, ou bien sinon, une bonne bouteille ou une oeuvre "locale" exposée en ce moment au café Les Boissons Rouges.

Du côté de la rédac' de Toque & Notes, on vous recommande chaudement de mettre au pied du sapin :






> un disque de Pixvae (souvenez-vous de leur concert détonnant au dernier Saveurs Jazz!) fraîchement sorti en vinyle ou cd





> pour les amateurs de saveurs absurdes, la BD d'Eric Veillé : Le Sens de la Vie et ses frères 



> un assortiment de chocolats (les tas de sel, les tas de sel !) de chez Guisabel à Candé





> une BD Jazz, parmi le large choix disponible on vous conseille Boris Vian ou Film Noir 2 . Ou bien encore la BD Barney et la note bleue parue chez Casterman









> L'album photo Jazz - 100 photos pour la liberté de la presse. Tout est dit :)






> Et enfin, n'oubliez pas , vous pouvez aussi offrir un Bon Cadeau pour le prochain Saveurs Jazz ! Une carte cadeau de 15€ utilisable au choix sur une soirée du prochain festival en juillet 2017. Infos : 06 50 98 01 55 - billetterie@saveursjazzfestival.com 


Bonnes fêtes !



vendredi 18 novembre 2016

3 questions à Colunia, un quatuor qui fait voyager

Colunia, groupe nantais membre du collectif Spatule, sera en concert au Petit Théâtre de Pouancé samedi 26 novembre 2016 à 20h dans le cadre de Jazz Tempo. Toutes les infos ici. Émilie (harpe chromatique) et Florian (batterie, percussions) ont répondu à nos questions.




Comment définissez-vous votre style de jazz et quelles sont vos principales influences ?

La musique de Colunia évolue dans et entre plusieurs esthétiques : 
  • ·        le jazz modal et ses couleurs empruntées aux musiques traditionnelles du monde telles que la musique sundanaise d’Indonésie, les musiques karnatique (Inde du Sud) et hindoustanie (Inde du Nord), etc.
  • ·         la musique impressionniste du XXème siècle
  • ·         la musique improvisée et ses dérivés

Nos principales influences sont John et Alice Coltrane, Colin McPhee, Claude Debussy,  Pandit Nikhil Banerjee.

Parlez-nous de la harpe chromatique : qu'apporte cet instrument à votre musique ?

La harpe chromatique à cordes alignées permet de naviguer facilement entre les tonalités et les styles de musique, elle est donc tout particulièrement adaptée pour improviser puisqu'elle met à disposition toutes les notes de manière égale. Les harpes que l'on retrouve le plus souvent - la harpe celtique ou la harpe classique - sont élaborées sur un système diatonique et font appel à différents mécanismes intermédiaires pour accéder à toutes les notes. Cela rend parfois difficile l'adaptation aux styles de musiques récents tels que le Jazz. Émilie a ressenti naturellement le besoin d'enrichir sa palette de couleur sonore afin de développer son jeu et de pouvoir explorer les musiques improvisées sans contrainte d'accès aux notes. C'est pourquoi elle utilise la harpe chromatique mise au point par le luthier Philippe Volant il y a une quinzaine d'années. Cet instrument permet de faire se rencontrer plus intimement la harpe et le jazz afin d'enrichir les univers de l'un et l'autre par de nouvelles sonorités... 

Le collectif Spatule, qu'est-ce que c'est ?

Le collectif Spatule, c'est en premier lieu la rencontre des musiciens de deux groupes de jazz nantais : La Baronne Bleue et Colunia. C'est également la volonté de se fédérer pour défendre des esthétiques qui ont parfois du mal à accéder aux scènes pour se faire entendre et découvrir du public. Le collectif Spatule c'est aussi un cadre administratif en devenir qui permettra de faciliter certaines démarches administratives et certains moyens de communication. Avant cela c'est surtout la rencontre musicale autour d'un répertoire commun aux 9 musiciens pour former un grand ensemble que l'on aime appeler le Vanneau Huppé et qui, parfois, vient montrer le bout de sa houppette en concert...

Propos recueillis par Hélène R.

mercredi 2 novembre 2016

Hamlet en BD concert le 4 novembre à La Pouëze




Ouverture de la saison culturelle du réseau des bibliothèques Rêv’en pages avec le BD concert « Hamlet » au théâtre de la Pouëze le 4 novembre, en partenariat avec le Saveurs Jazz Festival. 


Aux commandes de cette création originale, le duo Matthieu Donarier (déjà croisé avec WOOD à Segré) / Sébastien Vassant.






Sébastien Vassant : illustrations en direct.
Matthieu Donarier : saxophones, clarinettes, clavier, compositions.

Adaption sans paroles, en images et musique, de "La tragique histoire de HAMLET, Prince de Danemark", de William Shakespeare.

Comment raconter Hamlet avec plumes, encres, pinceaux, peintures et instruments de musique ? Voilà l'enjeu. Hamlet, cette histoire universelle que tout le monde croit connaître, est un drame, un vrai, c'est une terrible tragédie portée par un scénario implacable digne de la grande tradition du western ou du film noir. On tremble, et on rigole, aussi.

Le choix est clair et diablement efficace : Sébastien Vassant et Matthieu Donarier font le pari de la création en direct, sans aucune bande enregistrée ni dessins préparés à l'avance. On peut alors, tour à tour, se faire happer par l'histoire en plongeant dans l'écran et la musique, ou observer le duo bricoler aux côtés du public un cinéma muet éphémère, chaque fois réinventé. 




Toutes les infos 

> Evènement Facebook 

Vendredi 4  novembre - Théâtre de l'Ardoise - La Pouëze, Erdre en Anjou

20h30 - entrée 5€ - réservations : 02 41 95 31 74

Un concert qui s'inscrit dans Jazz Tempo temps fort régional dédié au Jazz (infos : http://www.crdj.org)

mercredi 12 octobre 2016

Réunion de rentrée Toque & Notes !

Vous le savez, Toque & Notes, c'est la gazette du Saveurs Jazz !

Concoctée, mitonnée et distribuée par une rédac' de 10 bénévoles chaque jour pendant le festival, Toque & Notes se décline aussi en blog au fil de l'année (ici-même)

Avis aux amateurs qui souhaiteraient s'investir dans le journal (même ponctuellement), rendez-vous le 12 octobre, à 20h30 pour une réunion de la rédac' (aux Boissons Rouges - place de la république - Segré).
Cette réunion vise à faire le point sur les projets en cours... Nous cherchons des renforts :) Merci de  confirmer votre présence à robin@jazzaupays.com



Pour se replonger dans les différents numéros édités en 2016, suivez le lien : http://saveursjazzfestival.com/p/toque-notes



Toque & Notes est aussi sur Instagram



jeudi 4 août 2016

mercredi 13 juillet 2016

La Rubrique des lycéens

Voici un résumé de l'expérience des lycéens au Saveurs Jazz, au sein de la rédac' de Toque & Notes... et en anglais s'il vous plaît !


An insight into the Saveurs Jazz Festival: sharing an experience…


A group of 5 pupils, all attending Blaise Pascal high school in Segré, took part for the first time in the festival. They were integrated to the Toque & Notes writing committee for a few days, and were in charge of covering the balades held every morning in different places of the region. Their job consisted in taking some pictures, making a few notes on the concert and sometimes interviewing artists and festival-goers. When back to the writing room, they had to do the article and choose the right picture(s), to be published in the next edition of the Toque & Notes magazine.

You can have an overview of what they have produced here:
http://toque-notes.blogspot.fr/2016/07/la-rubrique-des-lyceens_9.html

*********

They also had the chance to meet Alex Stuart, a guitar player from Australia, just before his concert in Segré. A few mails had been exchanged between the class and the musician, before the real meeting on Friday*. The group assisted to the sound checks and then, Alex Stuart, very nicely, took a few minutes of his time to talk with the pupils. The whole interview was conducted in English. Here is a short report written by Emma and Lisa right after the interview.

Alex Stuart is a multi-ethnic musician; he was born from a Vietnamese mother and an Australian father. He lives now in Paris because he loves the city and it is the place to be if you want to make a living out of music! He explained that he started playing the piano at the age of 6, so he began playing music at an early age. He played for the first time in a pub when 14: at the time, he was part of a little group, and they were not very famous, but today Alex is known by any real jazz lover.

Today, he is on stage for the Saveurs Jazz Festival. By the end of the day, he will fly to Great-Britain for another concert. It is a really busy job, but he loves it! He doesn’t have much time to read, but when he has free time, he enjoys a good book like On the road by Jack Kerouac.

He is a big fan of Jeff Buckley and Radiohead. He would love to play with them… Who knows, maybe one day?

*********

On that same day, the group was offered a backstage tour, an occasion for the pupils to go behind the scene! 

Here what they think of the visit:

“We found it very interesting; it was brilliant to get an occasion to visit the place! We had no idea so many people were involved in the organization”

“We came to realize that a music festival is no just about music and musicians. It is a whole world living here for a few days! In fact there are more than 50 people who work for the festival: from cooks to journalists, cameramen, and managers… Not to mention the whole team of volunteers!”

“Everything is impressive here!”

A special thanks to Claire, our guide during the visit. Thanks a lot Claire for taking some time to give us some very precious details on the way a festival is set!

Lisa, Emma, Angéline, Juliette, Thomas and Ms Bouteiller

*The exchanges can be read on the school website: http://pascal.paysdelaloire.e-lyco.fr/ (Section Européenne) or on Alex Stuart Facebook page.

lundi 11 juillet 2016

Vu et entendu... les billets du Festivalier Anonyme

Cette année, le Festivalier Anonyme a écrit à Toque & Notes chaque soir après les concerts de la scène du Parc pour partager ses impressions. Un poète amoureux de jazz !

Billet humeur #1 - Eric Séva Quartet & John McLaughlin
Quel Savoureux Jazz !
Il y a eu un solo de batterie avec les mains,
Puis, un autre solo de batterie avec la bouche…
Un petit peu de Smoke on the Water
Et un bassiste avec des gants.
Alors, à deux mains !

Billet humeur #2 - Hugh Coltman & Dee Dee Bridgewater
Ce soir : Crooneurs pas Crâneurs
2 voix, 2 voies
- Hugh “Cole”tman
Mèche rebelle, cuisse meurtrie par le rythme, tête dans piano
Il Voca Lisa toute la soirée
avec Charlebois à la basse, le fantôme de Clapton, un pianiste nez contre les touches
- Armstrong fait femme
pas gênée par sa mèche
Mais qu'est-ce qui est le plus rouge ? Ses lunettes ? Sa Thermos ? Sa passion intense ?
Championne du Scat visuel, médaille d'or d'interprétation d'Horace Silver
L'un comme l'autre : voix magiques mais solos magistraux

Billet humeur #3 - Meddy Gerville & Richard Bona
Ce soir, Segré in the world
* Me(lo)ddy Gerville, rythmes syncopés à 5 copains
* Richard Bona “Pinder” a fait un drôle de cirque, mi Anthony Kavanagh, mi Michel Leeb, de vrais charivaris charbonnés !

Billet humeur #4 - Laurent Coulondre & Avishai Cohen
- Laurent Coulondre sur NordHammond
TriHaut les cœurs
“Schizophrenia effrénée”
- Un AviShy pas timide, ses grands bras enroulés autour de la branche de sa basse à la recherche de la note parfaite
Un Trio Maxo

Suggestion de programmation 2017 :
(Avishai) Cohen & Enhco (Thomas) !

3 questions à Maxime Vignard, assistant de production en formation

Quel est ton rôle dans l’organisation du festival ?
Je suis chargé de production artistique et je dois gérer tout ce qui concerne les artistes au niveau logistique. Je m’occupe de tout ce qui a trait au transport, à l’hébergement, à la promotion et aux budgets correspondants, je récupère et transmets toutes les informations administratives qui concernent les artistes. Mon but est de respecter le budget en fonction des artistes et de leurs demandes, de prendre soin d’eux et de faire en sorte qu’il y ait un vrai échange entre nous, pour que nous puissions les accueillir dans les meilleures conditions possibles. Sur le site du festival, la fonction de production opérationnelle est un peu différente parce que tout est déjà en place : les hébergements sont pris, les transports sont gérés… Mon rôle est alors d’accueillir les artistes, de vérifier leurs demandes, de rappeler les hôtels pour m’assurer que les chambres sont bien réservées, et de gérer les runs*. J’ai une petite équipe de runners** ici qui sont des champions !

Es-tu musicien ?

J’ai fait de la guitare de 12 à 22 ans, j’ai eu un groupe qui s’appelait To Be Nominated (parce qu’on n’a jamais trouvé de nom) pendant un bon bout de temps, chez moi en Loire-Atlantique. Depuis l’année dernière je n’ai plus de groupe donc je pratique un peu moins, mais j’aimerais me remettre à la musique plus tard. En tout cas ça me plaît de travailler dans ce milieu. J’ai beaucoup pratiqué du rock des années 80 : Santana, Led Zep, AC/DC. Aujourd'hui je suis branché funk à fond : The Bamboos, Gregory Porter, des trucs qui groovent.

Une petite recette à partager ?

Les crevettes aux échalotes. On fait revenir les crevettes dans une poêle avec des échalotes, du vinaigre balsamique, un petit peu de crème et des oignons. En accompagnement, du riz au curry. Avec un petit verre de rosé, c’est une tuerie !

* Transport des artistes.
** Les bénévoles qui s’occupent du transport des artistes.


Hélène R.
Photo © Jean Thévenoux

La rubrique des lycéens

Aujourd'hui a eu lieu la dernière représentation du Saveurs Jazz Festival en Balade : François Collet Trio a animé ce matin les alentours du plan d’eau de Combrée. Le groupe est constitué de trois musiciens angevins : le bassiste Denis Pitalua, le guitariste François Collet et le batteur Fabien Blondet. Tous issus d’une formation jazz « classique », ils ont progressivement évolué vers du jazz plus teinté rock. Ce matin, ils ont partagé plusieurs de leurs compositions ainsi que quelques reprises, inspirées notamment de John McLaughlin, ou bien encore du groupe néo-soul australien Hiatus Kaiyote. Les festivaliers ont apprécié ce moment de détente musicale, preuve en est des applaudissements et du rappel... Avant de pouvoir partager un verre en toute décontraction.

Lisa et Emma
Photo © Laëtitia Bouteiller

La Dream Team de Jean-Pierre et Anne, festivaliers depuis la 1re édition

Ces deux amateurs de jazz nous proposent leur groupe de rêve :

Piano : Mal Waldron ou Oscar Peterson
Basse : Avishai Cohen
Batterie : Buddy Rich
Trompette : Airelle Besson
Saxophone baryton : Céline Bonacina
Saxophone ténor : Géraldine Laurent

Airelle Besson, trompettiste choisie par Jean-Pierre et Anne

Des livres et du jazz

Gaël Apparailly est responsable de la section jeunesse et de la section musique à la médiathèque de Segré située à l'espace Saint-Exupéry. Cet espace est en partenariat avec le Saveurs Jazz Festival depuis 5 ans. De nombreuses actions ont lieu : Amaury Cornut, biographe de Moondog, est intervenu pour présenter l’œuvre de ce génie méconnu, parallèlement aux ateliers-création avec l'orchestre du collège Georges Gironde et l'orchestre des Mondes de l'école de musique, animés par Alexis Degrenier. En avril, un concert restituant le travail mené dans ces ateliers a eu lieu au Cargo.

Dès que la programmation musicale du festival est connue, une discographie de chaque artiste est proposée au public. Une sélection littéraire ou musicale des musiciens et partenaires est aussi mise en avant.

Le lancement du festival s’est fait en fanfare à la médiathèque avec le jazz cubain d’Orquesta de la calle.

Des ateliers de découverte musicale nommés Improvizata ont été proposés le mercredi 6 juillet aux enfants âgés de 3 à 10 ans du centre de loisirs Arc-en-ciel et à ceux qui fréquentent la médiathèque. Ce fut une expérience sensorielle et ludique dont le but était le « jouer ensemble », l'écoute, l'expression et le jeu. Cédric Thimon, saxophoniste ténor, était aux commandes et terminait sa prestation sur des mini-concerts devant les parents grâce à une technique de Soundpainting (langage gestuel de création artistique destiné aux musiciens).

Une malle Jazz en lien avec le Camilliacus Jazz Festival de Chemillé, dans lequel se trouvaient CD, vidéos, livres… a permis à une classe de seconde de bénéficier d’ateliers d’écriture avec Kalcha au lycée Bourg-Chevreau. Ces chroniques ont été diffusées sur un fanzine à partir de création de jaquettes de CD.

Voici la sélection littéraire et/ou musicale des musiciens et partenaires :

112 Brass Band


Eric Séva


Hugh Coltman



Manuel Adnot


Nguyen Le, guitariste de Meddy Gerville




Smoking Mouse




Julien Béhar, saxophoniste de LiNK



1-Sonny Rollins Way Out West
CD des années 50, pochette décalée, il est habillé en cow-boy dans un désert.

2-Jimmy Mc Griff Black Pearl
Pochette représentative de la fin des années 60, pop, colorée, psychédélique.

3-Funkadelic Maggot Brain
C’est une tête qui sort de la terre. Groupe mythique du funk mené par Georges Clinton.

4-Billie Holiday The Original Recordings
Belle pochette faite d’un patchwork de collages. Flash de couleurs et contraste avec le fond noir.

5-Parlamient The Clones of Dr Funkenstein
Cette pochette raconte une histoire. Les musiciens étaient déguisés pendant les concerts de cet opéra funk.

6-Miles Davis On the corner
Disque de 1972, mélange de musique électronique, funk, jazz, afro...
Pochette très représentative des années 70.

7- Jimmy Mc Griff Electric Funk
Jolie photo de femme calme, sereine...

8-Fela Anikulapo-Kuti and Afrika 70 No agreement
Pochette avec dessins colorés. Les encarts sont représentatifs des messages de sa musique.

9-Phil Woods and his European Rhythm Machine
Le dessin de la pochette rappelle les shadoks... Grand saxophoniste.

10- Will Guthrie Sticks, Stones & Breaking bones
Batteur avec qui j’ai formé le groupe LiNK.


Richard Durand, disquaire jardinier


1-Tumi Mogorosi Project Elo
C’est du spiritual jazz avec des envolées de voix. Un côté opéra, très planant. Très jolie pochette.

2-Les Manouches
Du vrai jazz manouche avec Ninine Garcia, Mondine Garcia, la Touille. Photo de toute la famille avec la caravane...

3-Slim Gaillard Opera in Vout
Très beau dessin par David Stone Martin qui a fait de nombreuses pochettes de disque de jazz.

4-Thelomious Monk The Man I Love
Pochette sobre. Reprise de Gershwin au piano.

5-Laurindo Almeida Acapulco 22
Jolie pochette de musique brésilienne...

6-Barney Wilen La Note Bleue
Pochette avec dessin BD.

7-Antibalas
Pochette rigolote. Disque afro-funk dans l’esprit Fela.

8-Monophonics In Your Brain
Pochette avec un œil en gros plan. Musique soul psychédélique de la côte Ouest.
Ils ont accompagnés en tournée Ben l'Oncle Soul.

9-The Budos Band
Très beau dessin d’un disque aux influences afro.

10-B.O. des films de Jacques Tati
J’aime beaucoup ses films et la musique qui les accompagnent.

Dans la marmite de Caroline, festivalière en road trip culinaire

Caroline Gomas, 27 ans, parisienne, traductrice dans le domaine technique, a arrêté son travail et quitté son appartement pour faire un break, voir du monde, du pays, faire des choses différentes... Elle adore cette ville, mais avait envie et besoin de changement. Elle s’est inscrite comme bénévole sur plusieurs festivals dont le Saveurs Jazz Festival, le Saint-Émilion Jazz Festival, le Festival de Rocamadour – Musique Sacrée et le Festival International du Journalisme Vivant de Couthures-sur-Garonne organisé par la Revue 21, qui propose des ateliers, des conférences… sur plusieurs grands thèmes d’actualité : l’alimentation, la protection des données informatiques, l’immigration... Elle choisit toujours le catering parce qu’elle adore cuisiner.

Elle va souvent dans un restaurant vietnamien, rue de Tourtille, métro Belleville, dans le 20ème à Paris : Le Rouleau de printemps. C’est une cantine vietnamienne. Ils ont une bonne carte et proposent des soupes pho, des rouleaux de printemps avec du sésame noir, de la cacahuète, du vermicelle de riz et des crudités. Caroline prend toujours les plats végétariens. Lorsqu'elle reçoit du monde, elle fait souvent du houmous : prendre des pois chiches secs et les faire tremper dans de l’eau pendant 24h. Les rincer, les faire cuire deux heures. Retirer la première peau. Mixer les pois chiches avec de la crème ou de la purée de sésame, du sel, du poivre, de l’ail dégermé, du cumin et de l’eau pour fluidifier le houmous.

Gisèle C.
Photo © Jean Thévenoux

C'était hier... LiNK, Un Poco Loco, Pixvae et 112 Brass Band !

Le trio LiNK formé en décembre 2015 nous a livré l'ensemble de ses compositions tout en nuances et ambiances 
sur une légère note de mélancolie jazzy.

Un Poco Loco, un trio un peu loufoque qui vous sert des standards de jazz triturés
et destructurés tout en restant fidèle au thème. Une expérience sonore...

Une escapade historique, géographique et surtout musicale avec Pixvae, qui mélange rythme afro-colombien et rock jazzy.
Un hymne à la vie !

Malgré la pluie, 112 Brass Band a clôturé cette 7ème édition avec un punch et une énergie détonante.
Vivement l'année prochaine !

Aubance P.
Photos © Thierry Ploquin

dimanche 10 juillet 2016

3 questions à... Julien Béhar, saxophoniste de LiNK

Comment s’est formé votre trio ?
J’avais envie de monter un nouveau projet plutôt acoustique. J’ai rencontré Alexandre Bosse il y a quelques années. Son univers pianistique me plaisait bien et j’avais envie de faire quelque chose avec lui, mais pas spécialement un duo. Plus récemment, j’ai rencontré Will Guthrie et LiNK s’est formé ainsi, autour de personnes et d’esthétiques. L’idée était de revenir à une formation acoustique piano, batterie, saxophone alto, et d’établir un lien très fort avec une improvisation assez débridée et libre. Nos influences sont multiples. On peut parler de la musique des pianistes Paul et Carla Bley, ou encore du clarinettiste Jimmy Giuffre, notamment pour son album Jimmy Giuffre 3 (1961). Giuffre a fait beaucoup de jazz swing très traditionnel, mais il a pris un virage dans les années 60, avec ce disque complètement dingue. Parmi nos influences plus récentes, il y a notamment l’avant-garde new-yorkaise, qui explore des formes non conventionnelles.

Comment définissez-vous le style LiNK ?
On pourrait le qualifier de jazz ouvert, un pont entre l’écrit et l’improvisé. C’est un aller retour entre ces deux mondes. Alors est-ce qu’il y a un style pour ça ? Je ne sais pas. On peut dire que c’est du jazz, tout simplement.

Quel concert vous a le plus marqué au cours des précédentes éditions ?

Quand j’y réfléchis, ça devait être le projet Sphère de Nicolas Folmer avec Daniel Humair et Dave Liebman [Saveurs Jazz Festival 2014]. Et notamment Dave Liebman qui avait, pour moi, complètement électrisé le moment, c’était dingue ! Les poils au garde à vous tout le concert. Une espèce de tension et d’énergie folles. Je crois que c’est celui qui m’a le plus transporté de tous ceux que j’ai vus. Mais c’est difficile de n’en citer qu’un. J’ai aussi adoré l’Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp en 2015.

Hélène R.
Photo © Jean Thévenoux

La rédac a testé pour vous... une marmite multicolore avec Elephant Tuba Horde

Elmer est parmi nous cet après-midi sous le chapiteau de la scène de  la  Marmite  !  Les  sept  musiciens  aux  chemises  multicolores jouent un jazz puissant et entraînant. Leur mot d’ordre est de
faire découvrir et mettre en avant cet instrument souvent perdu au fond de l’orchestre qu’est le tuba. Il se décline sous d’autres formes parfois inconnues du grand public : euphonium, bugle et saxhorn ! Les ambiances sonores illustreraient à  merveille  un  film  d’espionnage  déjanté  tel OSS  117  :  Rio  ne  répond  plus  ! Dans un autre style, la horde pachydermique termine par une reprise de Mika, Any other world, avant un bis très réclamé. Ce fut le magnifique Nata chacha, en hommage à l’ex-copine d’un des musiciens : Natacha. Merci à elle, car ce morceau nous a fait danser !

Aubance P. & Orianne B.
Photo © Jean Thévenoux

la chronique des apprentis-journalistes

Le Saveurs Jazz, ce n’est pas qu’un festival  ! Cette année, l’événement s’engage dans une nouvelle aventure en proposant à des élèves du lycée Bourg-Chevreau de devenir des apprentis-journalistes. La Rédac’ vous propose de découvrir une chronique écrite par deux élèves de Seconde.


Compilation Spiritual Jazz 5 - Envie de voyager ? Le label anglais Jazzman Records nous offre ici un album rempli de raretés « exotiques »enregistrées entre 1961 et 1979. Dans ce nouveau volume, on nous présente des groupes méconnus des pays les plus reculés du monde comme le Japon, le Chili ou encore la Turquie d’où l’on nous envoie de magnifiques cartes postales musicales. L’album Spiritual Jazz 5 offre une pochette déclinée sur un fond orange rappelant la couleur du soleil. Cependant on reconnaît sa « marque de fabrication » : des personnages noirs avec des morceaux aux rythmes dansants et solaires rappelant les vacances au bord de la mer. Les morceaux Jazz Semai de Koy Yolu provenant de Turquie et Destroy The Nihilist Picnic de The London Experimental Jazz Quartet venant tout droit du Canada, nous rappellent tout particulièrement les balades sur le sable chaud. Des coins du monde explorés à travers le jazz de façon totalement inattendue, cet album est un bon moyen de lâcher prise et de s’amuser. Décollage immédiat !

Manon Pichaud & Léa Chemineau