vendredi 23 mars 2018

3 questions à ... Emilie Chevillard (+ bonus "Sur la platine de")


Concert - Emilie Chevillard & la classe d'harpe de l'école de musique de l'Anjou bleu
7 avril - Théâtre de Loiré - 20h
Une soirée proposée avec l'Anjou bleu / Pays Segréen

Le temps d'un concert venez découvrir les morceaux inédits travaillés avec Emilie Chevillard (accueillie avec Colunia). Accrochez-vous pour ce beau voyage entre improvisation et harmonies ! 
Entrée libre dans la limite des places disponibles

A l'occasion de ce concert (et ateliers !), découvrez l'interview d' Emilie Chevillard par la rédac' de Toque & Notes.




Comment devient-on harpiste de jazz sachant que cet instrument, la harpe, n'est pas un instrument que l'on rencontre habituellement dans ce genre musical?
 



x




Je suppose que ça dépend du parcours de chacun. Il n'y a pas vraiment de cursus pour ça, quoique maintenant on peut trouver des workshops, masterclass et stages plus facilement qu'il y a dix ans... Pour ma part, j'ai toujours aimé improviser, et puis je me suis confrontée au fait que je ne pouvais intégrer un cursus Jazz car la harpe celtique ne le permet pas : disons que malgré son nombre élevé de cordes, certaines manquent encore à son arc pour accéder à certains types d'harmonies. Je me suis donc armée de patience et j'ai appris une nouvelle harpe dite "chromatique" qui me permet maintenant d'aller tester ce que j'ai envie, et c'est principalement en jouant que j'ai appris et que j'apprends toujours (je n'aurai jamais fini d'ailleurs!).

Colunia à Pouancé en novembre 2016 (photo : Jean Thévenoux)

Comment envisagez-vous les ateliers avec les élèves de la classe de harpe de l'école de musique de Segré-en-Anjou-Bleu?

Pour moi, ce sera l'occasion de partager avec eux la façon dont j'aime faire de la harpe. Leur montrer qu'il n'y a pas forcément besoin de tout écrire pour faire de la musique, et leur donner quelques bases pour pouvoir s'inventer sa propre partie de harpe lorsque rien n’est déjà écrit pour l'instrument. L'idée, c'est de faire de la musique ensemble en s'écoutant et en utilisant des procédés nouveaux comme la lecture d'une grille, l'improvisation en solo ou collective, explorer différents modes de jeux possibles. Nous essayerons de créer des choses ensemble à partir des compos et arrangements que je leur ai proposés et des idées de chacun. Le but est avant tout de découvrir des choses et de se faire plaisir!


Quelle est la place du jazz dans vos propres compositions et quelles sont vos influences jazzistiques?

Ça dépend de ce que je cherche dans la composition, je n'utilise pas systématiquement les mêmes procédés. Je peux partir d'une métrique que je trouve intéressante, d'un enchaînement harmonique, d'une idée mélodique... Ceux-ci sont plus ou moins jazzistiques c'est-à-dire rattachés à des sonorités propres au Jazz, mais là ça ne veut pas dire grand chose tellement il a évolué et s'est mélangé au fur et à mesure de son développement, pour moi, c'est plutôt un esprit. L'envie
d'intégrer des passages improvisés, une part d'inconnu dans chaque morceau, ouvrir les modes de jeu. J'ai pas mal écouté John Coltrane dans sa dernière période avec McCoy Tyner qui a un jeu très inspirant pour la harpe, Keith JarrettHerbie Hancock, et autres stars... Alice Coltrane (harpe), Edmar Castaneda (harpe), Brad Mehldau (piano), Vijay Iyer (piano), Tigran Hamasyan (piano)Rudresh Mahanthappa (sax), Amir ElSaffarArve Henriksen... Les envies de compositions évoluent au gré des découvertes musicales..

Herbie Hancock au Saveurs Jazz (photo : Jean Thévenoux)


Et comme vous avez aussi gagné au grattage on souhaiterait que vous nous fassiez part de votre" Sur la platine de..." (autre rubrique de Toque et Notes) en 5 disques ?

5 c'est dur!

Love Supreme de John Coltrane, emblème du Jazz modal pour moi!


Le quatuor à cordes de Ravel (et celui de Debussy !) c'est juste magnifique, et il y a tant de similitudes avec les harmonies utilisées dans le Jazz.



Cuarto de Colores d'Edmar Castañeda - latin Jazz (le premier harpiste à m'avoir mis une grosse claque harpistique et musicale! - dans le bon sens du terme-)



Red Hail de Tigran Hamasyan, qui a "modernisé" ma vision du Jazz et qui fait partie des artistes de ma génération.



Fourteen de Dan Weiss - découvert beaucoup plus récemment, magnifique écriture
pour 14 musiciens, et subtil mélange avec improvisation. Très inspirant!




mercredi 14 mars 2018

4 questions à Xavier Thibaud, saxophoniste jazz qui revisite la pop !

Vous le savez, l'association Jazz au Pays tisse son fil toute l'année avec de nombreuses actions culturelles sur le territoire de l'Anjou bleu. Cette année, Xavier Thibaud mène depuis septembre des ateliers auprès de deux ensembles du territoire. Présentation et revue d'effectifs avant les 2 concerts prévus fin mars...



Xavier Thibaud, qui êtes-vous ? 

Je suis saxophoniste baryton et j'ai commencé par le spectacle de rue dès 1998 au sein d'une fanfare (Zephyrologie) avec laquelle j'ai joué pendant 12 ans et qui m'a amené à me produire partout en France, mais aussi en Europe et au Canada. 
Depuis une dizaine d'années, je joue dans différents projets, notamment au sein du collectif nantais 1name4acrew (Pulsar, Zounds, SubuteX, Kind of Pop) mais aussi avec d'autres musiciens des Pays de la Loire (Slurp BB, Marabout Orkestra NDR: tous deux venus au Saveurs Jazz !). 
Au cours de ma vie de musicien, j’ai eu l'occasion de travailler avec des ensembles amateurs, comme la Fanfare du Coin depuis cinq ans, ou encore de participer à des créations avec des Harmonies ou de jeunes musiciens issus d'écoles de musique.



Le projet Kind Of Pop, qu’est-ce que c’est ?

L’idée de Kind of Pop est née d'une réflexion d'Alexandra Charrier qui s'occupait alors des actions culturelles pour le Pannonica. Elle souhaitait susciter l’intérêt des collégiens pour l'écoute du jazz et des musiques improvisées. En effet, le jazz n'a pas toujours eu l'image qu'il peut avoir actuellement : celle d'une musique difficile d'accès. C'est à l'origine une musique de danse, populaire, et de tout temps les musiciens de "jazz" ont emprunté au répertoire populaire pour en avoir une relecture improvisée. 
C'est donc naturellement que nous avons décidé de réinterpréter des standards de la pop actuelle pour ouvrir non seulement les collégiens mais tous les publics à cette forme instrumentale. 

Comment se déroulent les séances de travail avec les élèves de l’orchestre de Segré et Candé ? 

Nous avons travaillé sur des tubes très récents que je ne vous révélerai pas pour ne pas gâcher la surprise, le but du spectacle étant que le public trouve les morceaux réinterprétés ! J'ai proposé des arrangements aux orchestres, je veux avant tout que les musiciens comprennent l'importance du rythme et de la tourne (du "groove"), mais aussi qu'ils sortent le nez de leurs partitions pour jouer ensemble. Je veux qu'ils aient une vision globale de la structure du morceau afin de pouvoir la rendre flexible. Je suis allé à plusieurs reprises diriger les ensembles avec l'aide d'Emmanuel Dardelle et de Julien Behar qui travaillent toute l'année avec eux et qui ont pu m'aiguiller sur le travail à réaliser. Je voulais que les musiciens adhèrent au projet par le choix du répertoire, qui reflète la musique qu'ils écoutent, mais qu'ils comprennent la difficulté d'enlever le chant (support principal du sens et de la mélodie dans la pop) et de trouver de la matière musicale dans ces morceaux.



À quoi ressemblera le concert ? 

Le concert commencera par quelques morceaux de Kind of Pop, vite rejoint par l'orchestre de Segré puis par l'orchestre de Candé. Nous serons alors plus d'une vingtaine sur scène. J'aimerais que ce concert soit avant tout un moment jubilatoire pour les musiciens et donc pour le public car le jazz permet ça, cette liberté de jouer et de s'amuser sur scène.


Retrouvez Xavier Thibaud et son quartet Kind of Pop en concert avec l'orchestre du collège Georges Gironde de Segré en Anjou Bleu et l'orchestre junior de Candé (École de Musique de l'Anjou bleu) :
Vendredi 30 mars : Candé - Salle Beaulieu - 20h30 
Samedi 31 mars : La Pouëze - Théâtre de l'Ardoise - 20h30

vendredi 16 février 2018

Saveurs Jazz Festival 2018, la playlist

Gregory Porter, Mark Guiliana, Roberto Fonseca, Electro Deluxe, Selah Sue, Binker & Moses, Festen, Elodie Pasquier... les premiers noms du Saveurs Jazz donnent l'eau à la bouche!

On récapitule tout ça avec la playlist vidéo à suivre. Bonne découverte :)

Les billets sont en vente à l'adresse suivante, n'attendez plus... : http://saveursjazzfestival.com/billetterie/

MAJ : la playlist vidéo sera mise à jour au fur et à mesure des annonces !

 

jeudi 1 février 2018

Un vendredi soir à Pouancé...

En ce début d’année 2018  la plasticienne Nine Geslin, invitée par l’Anjou bleu, était en résidence dans le Pouancéen  et ses œuvres exposées  pendant le mois de janvier sur les murs de l’Atelier Legault.



Telle une araignée inspirée elle tisse de ses fils de métal d’immenses personnages aériens, vagabondant sur un chemin toujours identique toujours différent.
En bon béotien de base, je laisse aux Diafoirus de la critique le soin d’étaler leur érudition comme de la confiture et me contente de me demander si dans toutes ces  œuvres  il en est que je pourrais chaque jour contempler sans jamais m’en lasser. Voila mon critère de Beau et de Bon.


Et là dans cette exposition à l’entrée une toile  lumineuse et toute de douceur à la fois, un soleil qui vous illumine à l’aube d’un jour nouveau. Et tout à son opposé une sculpture  Dame Noire au manteau écarté qui vous accueille bras grand ouverts pour le chemin des rêves nocturnes.  


photo: Culture Anjou bleu
Et ce vendredi 21 janvier pour conclure cette exposition l’Anjou bleu nous invitait à un ciné-concert animé par le duo composé de Julien Behar au saxophone et d’Alexandre Gosse au piano ( 2 artistes que l’on a déjà croisés sur la scène des Saveurs Jazz).
Leurs compositions accompagnaient le court métrage d’animation réalisé par Nine Geslin comme une longue invitation au voyage et au rêve.


photo: Culture Anjou bleu


 Alain LE ROY

vendredi 26 janvier 2018

Nouvelle édition, nouvelle affiche !

Le Saveurs Jazz 2018, qui se déroulera du 5 au 9 juillet prochains, accueillera notamment Selah Sue, Gregory Porter et Élodie Pasquier. Aujourd'hui, nous sommes ravis de vous dévoiler l’affiche de cette 9e édition  !


Pour la deuxième année consécutive*, elle a été réalisée par la graphiste Manica Jean-Louis, que nous avions interviewée l’an dernier. La rédac’ est conquise par ce nouveau visuel aux couleurs chaleureuses qui nous sert le jazz sur un plateau. Nous avons hâte de swinguer sous ces guirlandes lumineuses. Et vous ? 

*Chouette ! Pour la première fois, une affiche du Saveurs Jazz apparaît dans le top des affiches de festivals 2017 de Konbini, #213. L'occasion de découvrir de très beaux visuels.

lundi 15 janvier 2018

Toque & Notes recrute !


Vous avez l’âme d’un journaliste en herbe ?
Vous aimez le jazz ou rêvez de découvrir cet univers ?
Vous adorez cuisiner en musique et dénicher de nouvelles recettes ?
Vous maîtrisez le logiciel InDesign ?
Vous êtes du genre à remarquer la moindre coquille ?
Vous mourez d’envie de rejoindre la rédac’ bénévole du journal du Saveurs Jazz Festival ?

Vous vous reconnaissez dans quelques-unes de ces questions ou dans toutes à la fois ?
Écrivez à robin@jazzaupays.com et venez assister à notre prochaine réunion jeudi 15 février à 19h30 au bureau Saveurs Jazz, rue David d’Angers à Segré.


mercredi 3 janvier 2018

Découvrez le premier artiste du Saveurs Jazz 2018


« Il était unique. Et la musique qu’il nous a laissée est tellement belle. En écoutant ses chansons, vous êtes forcément marqué par ce timbre de voix extraordinaire, ce style incomparable et ce sens ultime du « cool » Gregory Porter à propos de Nat King Cole 




Gregory Porter présentera son hommage à Nat King Cole le lundi 9 juillet à Segré-en-Anjou-bleu ! La billetterie ouvrira le 15 janvier, en attendant les pass 5 jours offre limitée sont toujours disponibles sur le site du Saveurs Jazz

BONUS :
Une playlist avec quelques reprises de Nat King Cole signées David Bowie, Marvin Gaye, Lady Gaga, Hugh Coltman...et Gregory Porter bien sûr !